SMTP

Les fonctions spécifiées par le protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) permettent le transfert du courriel avec fiabilité et efficacité. Pour ce faire, les applications SMTP doivent remplir deux conditions :

Le message doit être correctement formaté. Les processus SMTP doivent être exécutés à la fois sur le client et sur le serveur.

Les formats de message SMTP exigent un en-tête et un corps de message. Si le corps du message peut contenir n’importe quelle quantité de texte, l’en-tête doit contenir une adresse de messagerie de destinataire et une adresse d’expéditeur correctement mises en forme. Toute autre information est facultative dans l’en-tête.

Lorsqu’un client envoie un message, le processus SMTP client se connecte à un processus SMTP serveur sur le port réservé 25. Une fois la connexion établie, le client essaie d’envoyer un message au serveur via la connexion. Lorsque le serveur a reçu le message, il place le message dans un compte local ou dirige le message à l’aide du même processus de connexion SMTP vers un autre serveur de messagerie.

Le serveur de messagerie de destination peut ne pas être en ligne, ou peut être occupé, lors de l’envoi des messages. Par conséquent, le protocole SMTP se charge de la mise en attente du message à envoyer ultérieurement. Régulièrement, le serveur vérifie si des messages se trouvent dans la file d’attente et essaie de les renvoyer. À l’issue d’une durée prédéterminée, si le message n’est toujours pas envoyé et reçu par son destinataire, il est renvoyé à son expéditeur comme non délivrable.

L’un des champs requis dans un en-tête de message est l’adresse de messagerie du destinataire. La structure d’une adresse de messagerie comprend le nom du compte de messagerie ou un alias, ainsi que le nom de domaine du serveur de messagerie. Voici un exemple d’adresse de messagerie :

destinataire@cisco.com.

Le symbole @ sépare le compte et le nom de domaine du serveur.

Lorsqu’un message est envoyé à destinataire@cisco.com, le nom de domaine est envoyé au serveur DNS pour obtenir l’adresse IP du serveur de messagerie du domaine. Les serveurs de messagerie sont identifiés dans le système DNS par un indicateur d’enregistrement MX. Lorsque le serveur de messagerie de destination reçoit le message, il le stocke dans la boîte aux lettres appropriée. L’emplacement de la boîte aux lettres est déterminé en fonction du compte spécifié dans la première partie de l’adresse de messagerie (dans notre cas, le compte du destinataire). Le message restera dans la boîte aux lettres jusqu’à ce que le destinataire se connecte au serveur pour récupérer le courriel.

Si le serveur de messagerie reçoit un message électronique faisant référence à un compte inexistant, le message est renvoyé à l’expéditeur comme étant non délivrable.

Le protocole de messagerie IMAP4 (Internet Message Access Protocol) décrit une autre méthode de récupération des messages électroniques. Toutefois, contrairement au protocole POP3, lorsque l’utilisateur se connecte à un serveur IMAP, des copies des messages sont téléchargés vers l’application cliente. Les messages originaux sont conservés sur le serveur jusqu’à ce qu’ils soient supprimés manuellement. Les utilisateurs affichent des copies des messages dans leur logiciel de messagerie.

Ils peuvent créer une hiérarchie de fichiers sur le serveur afin d’organiser et de stocker leur courriel. Cette structure de fichiers est également dupliquée sur le client de messagerie. Lorsqu’un utilisateur décide de supprimer un message, le serveur synchronise cette action et supprime le message du serveur.

Pour les petites et moyennes entreprises, le protocole IMAP présente de nombreux avantages. Il peut mener à un stockage à long terme des messages sur les serveurs de messagerie et permettre une sauvegarde centralisée. Il permet également aux employés d’accéder aux messages depuis différents emplacements à l’aide de différents périphériques ou logiciels clients. La structure de dossiers de boîte aux lettres à laquelle est habitué l’utilisateur reste consultable quel que soit le moyen qu’il choisit pour consulter sa boîte aux lettres.

Pour un FAI, le protocole IMAP peut ne pas être le choix idéal. Il peut s’avérer coûteux à l’achat et en maintenance de l’espace disque nécessaire au stockage des messages électroniques. De plus, cette contrainte s’accentue si les clients paramètrent des sauvegardes régulières de leurs boîtes aux lettres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :