Vue d’ensemble des couches OSI

Les stations d’extrémité, telles que les clients et les serveurs, fonctionnent généralement avec l’ensemble des sept couches. Les équipements de réseau ne se préoccupent que des couches inférieures. Les concentrateurs agissent sur la couche 1, les commutateurs sur les couches 1 et 2, les routeurs sur les couches 1 à 3 et les pare-feu sur les couches 1, 2, 3 et 4.

Les couches inferieures

Les données qui représentent le courriel sont formatées par la couche 4 pour préparer leur acheminement sur le réseau. Cette couche divise le message en segments plus petits. Un en-tête est placé sur chaque segment pour indiquer le numéro de port TCP ou UDP qui correspond à l’application correcte de couche application. Les fonctions de la couche transport indiquent le type de service de livraison. Le courriel utilise les segments TCP, par conséquent la livraison par paquets est confirmée par la destination.

Les fonctions de la couche 4 sont implémentées dans le logiciel exécuté sur les hôtes source et de destination. Toutefois, les pare-feu utilisent souvent des numéros de port TCP et UDP pour filtrer le trafic. Ainsi, les problèmes qui se posent au niveau de la couche 4 peuvent avoir pour origine des listes de filtre de pare-feu configurées de manière incorrecte.

Les données de courriel reçues depuis la couche transport sont groupées en un paquet qui contient un en-tête avec les adresses IP logiques de source et de destination. Les routeurs utilisent l’adresse de destination pour diriger les paquets sur le réseau le long du chemin approprié. Des informations d’adresse IP configurées de manière incorrecte sur les systèmes source ou de destination peuvent causer des problèmes de couche 3. Comme les routeurs utilisent également les informations d’adresse IP, des erreurs de configuration des routeurs peuvent également provoquer des problèmes au niveau de cette couche.

Chaque périphérique réseau situé sur le chemin entre la source et la destination, y compris l’hôte émetteur, encapsule le paquet dans une trame. La trame contient l’adresse physique du prochain périphérique réseau directement connecté sur la liaison. Chaque périphérique se trouvant sur le chemin réseau choisi doit effectuer un verrouillage de trame pour pouvoir se connecter au prochain périphérique. Les commutateurs et les cartes réseau utilisent les informations contenues dans la trame pour livrer le message au périphérique de destination approprié. Des pilotes de cartes incorrects, les cartes réseau elles-mêmes ou des problèmes matériels avec les commutateurs peuvent provoquer des problèmes de couche 2.

La trame doit être convertie en une série de uns et de zéros (bits) pour la transmission sur le support. Une fonction de synchronisation permet aux périphériques de distinguer ces bits lorsqu’ils circulent sur le support. Le support peut changer le long du chemin entre la source et la destination. Par exemple, le courriel peut provenir d’un réseau LAN Ethernet, traverser le réseau fédérateur d’un campus, puis traverser une liaison de réseau étendu série pour atteindre sa destination sur un autre LAN Ethernet distant. Les problèmes de couche 1 peuvent être provoqués par des câbles mal branchés ou incorrects, des cartes réseau dysfonctionnelles ou des interférences électriques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :